De Foncine-le-Bas aux Planches en Montagne, voici une randonnée sur le tracé de laquelle on pourra admirer une succession de rivière, lac, gorges et cascades, avant d'emprunter l'ancienne voie du tram pour remonter par l'autre rive.

A Foncine, on stationnera sur le parking des Douanets, peu après le viaduc qui enjambe la Saine.

Distance estimée : 12 km
Dénivelé cumulé montant : 350 m
Temps estimé : 4 h
Numéro carte IGN TOP 25 : 3326 ET

Randonnée effectuée le : 14 mai 2010



Dans le même secteur
: Sur les Hauteurs de Foncine

Itinéraire


Itinéraire Chasseral



Plan de coupe


profil Saine Langouette


Détail de la randonnée

le Lac à la Dame

le Lac à la Dame

De la Grand'Vie au Lac à la Dame



Du parking, on retournera d'abord en direction du village en repassant, à pied cette fois, sur le viaduc du tram. En abordant la D127, on pourra descendre, tout de suite à gauche, le chemin qui conduit au confluent de la Sainette et du Galaveau et à l'ancien cimetière des pestiférés.

De retour au coeur du village, à la croisée des chemins, on mènera la Grand'Vie, ancienne voie de communication en direction du Pont de Lemme. Puis aux abords de la D62, on abandonnera temporairement le balisage, pour continuer tout droit jusqu'à la route que l'on empruntera sur cinq cents mètres (à gauche) avant de retrouver un chemin de terre.

Bientôt, le Lac à la Dame est en vue, que l'on contournera par la gauche en suivant la petite route qui dessert quelques maisons. Au petit pont sur la Senge (pt 879), au niveau d'un un gros tilleul multi-troncs on reprendra le sentier en direction des Planches en Montagne. A quelques centaines de mètres de là , peu après un pâturage humide, on traversera le ruisseau à gué.

C'est un sentier forestier qui nous amènera en à peine moins de deux kilomètres, aux abords de la D127. La prudence s'impose pour traverser et remonter (hors balisage) cette voie très roulante sur une centaine de mètres. Au parking, on aura une vue sur le viaduc de l'ancienne voie du tacot et la cascade intermittente du Bief des Ruines. Quelques heures après un gros orage, on peut avoir la chance d'admirer la cascade en eau. On reprendra ensuite le chemin balisé qu'on avait quitté, en direction des Planches.




sur la Langouette

sur la Langouette

Les gorges et cascades de la Langouette


En arrivant au village on prendra, à gauche devant une très grosse maison au toit si caractéristique, le Chemin des Cascades. On arrive tout de suite au barrage d'une petite usine de production électrique.


La scierie Collin : A partir de 1871, la Saine, assagie par l'homme, disparaissait sous les pilotis d'une construction audacieuse : la scierie Collin. Intelligemment, murs, barrages, biefs, vannes, répartissaient et régulaient le débit d'une force capricieuse mais bienfaisante. Trois roues et une mécanique complexe actionnaient des lames de scies pour soulager la main de l'homme. Au début du XXe siècle, une turbine permit l'électrification du village. En 1959, un incendie détruisit la scierie. De nos jours une petite usine privée produit de l'électricité.



Après le barrage, on continue le chemin sur la rive gauche de la rivière. Au fond d'un petit parking, un sentier aménagé nous conduit de point de vue en belvédère, tout au long des gorges de la Langouette. Tout dépend de l'époque à laquelle on parcours ce sentier : après de fortes pluies, les eaux de la Saine se jettent avec fracas dans le goulet, et le bruit assourdissant et la force des flots sont alors impressionnants...
Au premier arrêt, la vue plonge sur la première chute ; au deuxième, on se retrouve au niveau de la turbine de l'usine, sous le moulin ; une centaine de mètres plus loin, la grande plate-forme surplombe la plus fascinante d'entre elles... On ne se lasse pas d'essayer de suivre du regard les paquets d'eaux qui chutent puis se perdent dans les remous... En aval, le torrent s'échappe dans l'étroit couloir qui fait la renommée des gorges : environ 45 mètres de profondeur pour 4 mètres de large !
La plus haute cascade fait une douzaine de mètres. Après la plate-forme, le sentier aménagé longe la formidable entaille sans nous la dévoiler, et nous conduit jusqu'au pont de la D30. C'est de là que l'enfilade est la plus impressionnante... On remonte au village en suivant la route, puis en remontant la Grande Rue, on guettera, sur la gauche, la rue du Lavoir puis celle des Chamois.



dans les gorges de Malvaux

dans les gorges de Malvaux

La voie du tram


Le chemin des Chamois bifurque bientôt (avant le carrefour de la voie du tram) en direction de la rivière. On remonte agréablement le cours de la Saine, jusqu'au confluent du ruisseau d'Entre-Côtes. De là, on rejoindra la voie du tram en passant sous le viaduc du remblai. Comme pour un échangeur d'autoroute, on fera une boucle qui nous ramènera sur la voie supérieure. On prendra bien sûr à gauche pour passer cette fois sur le viaduc. Deux cents mètres plus tard, c'est un autre pont qui s'annonce : c'est celui du Bief des Ruines que l'on dominait depuis le belvédère de la N5. Aujourd'hui, pas d'eau à la cascade, mais au pied du viaduc, des vasques claires sont remplies, et un ruisselet s'en échappe.
Encore trois cents mètres, et c'est l'embouchure d'un tunnel qui nous accueille un peu froidement... Deux cents mètres à parcourir dans le noir, ça paraît bien long, alors on pensera à la lampe frontale (pas comme moi la première fois que j'ai emprunté cette galerie à tâtons !). On débouche en surplomb des sauvages gorges de Malvaux, et quelques centaines de mètres plus loin, on retrouve le parking...




le Lac à la Dame

le Lac à la Dame

Participants

Marie-Claude, Huguette, Jean-Marie, Claude, Daniel, Benoît, Gene

Hébergement

Les Chalets d'Alésia
Chaux des Crotenay 03 84 51 50 82