Voici une longue randonnée en boucle qui permettra d'accéder au Chasseron par les magnifiques Gorges de la Poëtta.
Le circuit peut se boucler en une journée : 7 à 9 heures de marche, cotation de la difficulté 4 étoiles. Mais c'est en deux jours avec bivouac que je l'ai effectuée cette fois-ci : cotation 3 étoiles.
On pourra stationner au parking de la Poëtta Raisse, au départ de Môtiers (Val de Travers).

Distance estimée : 21 km
Dénivelé cumulé montant : 920 m
Temps estimé : 4 à 5h pour la montée + 3 à 4 h pour la descente
Numéro carte de la FSTP : 241T - Val de Travers - 1:50000

Randonnée effectuée les : 24 et 25 juillet 2008



Le Chasseron
: Par la Maya et la Dénériaz - Au départ de la Robellaz

Itinéraire




Plan de coupe



Détail de la randonnée


Les Gorges de la Poëtta Raisse


Le sentier des gorges monte tranquillement le long du ruisseau du Breuil, à sec sur de longues portions à cette saison.
Après un premier passage, à gué ou sur un pont de bois, le vallon fait un coude, et la pente s'accentue un peu, et on surplombe bientôt le ruisseau qui commence à cascader. Un pan de falaise se dresse devant nous, entaillé alors d'une première belle cascade qui rebondit dans un bassin limpide. Un escalier a été aménagé contre le rocher, et on suit le cours du Ried, de chute en chute, jusqu'à un deuxième coude du vallon. Celui-ci s'élargit un moment et accueille le sentier qui vient de la Montagnette. De part et d'autre du pont, on pourra bénéficier de l'eau fraîche d'une source, puis d'un luxueux (et flambant neuf) abri en rondins...
Les "hautes" gorges de la Poëtta se profilent alors, pour une deuxième série de cascades. Le torrent se fraie un chemin à travers le rocher, et les aménagements nous permettent de le suivre fidèlement, de passerelles suspendues à la paroi en petits ponts maçonnés... Bientôt, la muraille se rapproche encore et on entre dans un défilé où le ru s'assagit. Après un dernier rétrécissement, on est étonné de déboucher sur une clairière qui marque la fin des gorges.



De combes en crêts, vers le Chasseron


A gauche, le sentier pédestre permet de rallier le Creux du Van.
A droite, il nous fait remonter une combe boisée et sauvage, peuplée d'aconit tue-loup, de grande berce et d'adénostyle. On débouche sur un premier alpage à la Vaux, où un étonnant troupeau de bovins assez rustiques se bat contre une nuée de mouches.
Un deuxième vallon boisé et humide est le domaine de la reine-des-prés, du lis martagon et de la grande astrance. Puis l'on débouche sur l'alpage ouvert des Cernets-Dessus, où le balai bien réglé des tracteurs s'active pour andainer, presser et rentrer le foin...
On chemine dans une succession de combes anticlinales qui, paradoxalement se trouvent être le sommet d'un anticlinal érodé. Au bout de quelques kilomètres, on arrive sur le crêt dont le Chasseron est le point culminant (1607 m).
Le sentier pédestre mène tout droit au signal, guidé par des affleurements de lapiaz qui méritent cependant le détour.
Attention, en s'écartant du chemin, on se rapproche de l'à pic de la falaise...! Soyez plus que prudents : le lapiaz est traître...!
Extraordinaires découpages dans la crête calcaire, qui donnent au Chasseron une allure de forteresse.
De sculptures sur dalle calcaire en surplombs et cavités bien cachées, les créneaux de dentelle offrent un magnifique cadre aux paysages sur le Mont de la Maya, le vallon de la Dénériaz et des Roches Eboulées...
Le Chasseron, c'est aussi, bien sûr, le belvédère  des deux lacs (Neuchâtel sur la gauche, Léman
sur la droite), et des Alpes : La masse du Mont-Blanc domine la chaîne.
En passant derrière l'Hôtel du Chasseron, on peut suivre le sentier quelques minutes en direction
de Sainte-Croix. Un replat accueille un bloc erratique baptisé "la Pierre de La Paix", lieu sacré de
Suisse Romande.



La combe du Crêt de la Neige, les Preisettes


On rebrousse chemin sur le sentier des crêtes, mais à la bifurcation, on suit la direction de la "Petite Robella". Le chemin descend à travers un lapiaz "en bataille", puis suit un replat d'alpage. Il remonte un moment en suivant le rebord du crêt et un muret de pierres sèches. Laisser les "Roches  Eboulées" sur la gauche et poursuivre jusqu'au Col du Crêt de la Neige qui marque la partie haute d'une combe anticlinale parallèle à celle suivie lors de la montée.
A l'ouest, très joli panorama sur le Chasseron et le vallon de la Dénériaz. A l'Est, échappée sur le Val de Travers et la haute-combe de La Sagne.
Direction les Preisettes, en descendant dans la combe. Il est plus aisé de suivre les traces qui suivent la cuvette presque jusqu'à son extrémité (piste herbeuse), que le sentier balisé que l'on va abandonner au niveau du chalet du ski-club. Ce faisant, on abordera le fond de la cuvette pointillée d'une multitude de dépressions, et une zone marécageuse. On y remarquera aussi un magnifique enclos de pierres sèches dont l'utilité m'échappe... Une portion de route nous conduit aux Preisettes, puis un chemin empierré jusqu'à l'alpage de Beauregard. Après peu de temps, on quitte alors l'alpage pour entamer la longue descente en forêt qui nous ramène sur Fleurier et Môtiers.
Arrivés en vue de Fleurier (carrefour de chemins, vue avec banc), on peut abandonner le marquage pédestre pour suivre celui de VTT. Il débouche plus agréablement (et rejoignant le balisage pédestre) sur la petite route qui se déroule à flanc de montagne jusqu'au Vieux Château (restaurant). A nouveau, il faut suivre le marquage VTT qui descend en forêt derrière le château. Prendre toutes les options à gauche, pour retrouver, par un sentier forestier non balisé, la piste de départ des Gorges de la Poëtta. Quelques centaines de mètres, et voici le parking... Et si vous avez encore un peu d'énergie, continuez 5 mn en suivant les flèches, pour un coup d'œil à la belle cascade de Môtiers qui jouxte l'entrée de la grotte.




Participants


Gene, en solo.

Commentaire :

Les meilleures périodes pour effectuer cette randonnée sont avril-mai-juin (cascades et flore généreuses) ou à l'automne.
Attention cependant aux périodes orageuses
(Ça résonne fort dans les Gorges + danger de crue soudaine).

Hébergement

Bivouac sur l'un des éperons rocheux sous le sommet (au bout du muret de la bifurcation).

Autres hébergements possibles à proximité :
=> L'auberge de la Grandsonne-Dessus peut proposer un dortoir et une chambre (La Grandsonnaz-Dessus - Monsieur et Madame André Pérusset - tél. 024 454 23 62 / 0041.24 454 23 62 depuis la France). Ouvert 7/7.
=> En chambre ou dortoir à l'Hôtel du Chasseron,



Commentaire :

Bivouac "à la belle" coté bien au-delà de 5 étoiles !!!